Des dédicaces aux petits oignons

La semaine dernière, j’ai fait deux dédicaces. Pour la première fois, elles avaient lieu chez France Loisirs. Le jeudi, à la boutique de la rue de Rivoli à Paris, le samedi, à la boutique des Ulis.

Ma vie d’auteur ne fait que débuter mais je peux d’ores et déjà vous dire que ces instants sont d’ores et déjà inscrits dans les annales de mes meilleurs souvenirs de dédicace.
Les équipes de France Loisirs sont époustouflantes. L’accueil qui m’a été réservé a été formidable. Boisson, papote, petits gâteaux, tout a été fait pour que je me sente à l’aise. Pour un peu, je me serais prise pour une super star. Lire la suite

Bonne fête à tous les amoureux

Les origines de la Saint Valentin sont multiples. Chacun a sa version. Pour ma part, la version que je préfère est celle de Valentin de Terni.

En gros, voici l’histoire :

Aux débuts du christianisme, Claude II le gothique (qui déteste les chrétiens) apprend qu’un moine (Valentin de Terni) marie des couples chrétiens. Fort en colère, Claude fait arrêter Valentin et le met en prison. Sur place, Valentin rencontre la fille de son geôlier, Julia, qui est aveugle. Elle lui demande de lui décrire le monde et Valentin le fait si bien que Julia tombe amoureuse de lui. Elle le prend alors sous son aile, le chouchoute, lui apporte à manger. Et un jour, le miracle se produit, Julia retrouve la vue (des témoins affirment avoir vu une vive lumière par la fenêtre de la cellule).

Cet évènement parvient aux oreilles de Claude II le gothique. Cela arrange bien ses affaires depuis le temps qu’il cherchait une excuse pour se débarrasser de ce moine. Il ordonne son exécution. Le 14 février (l’année exacte n’est pas connue mais est située entre 269 et 280) Valentin est conduit sur la voie Flaminia. Là, il est d’abord roué de coups par une bande de légionnaires romains, puis, agonisant, il est traîné jusqu’à l’échafaud où il est décapité à la hache.

Voilà. Sur ce, je vous souhaite une très bonne Saint Valentin !

Des nouvelles de Madame La Boulangère

Voici une nouvelle qui ne va pas réjouir ceux qui aiment la production de notre petite boulangère : la livraison du nouveau pain prévue au printemps prochain n’aura sans doute pas lieu.

(Je conçois que ce message puisse paraître sibyllin à ceux qui ne sont pas abonnés à mon blog. Pour une session de rattrapage, le dernier article relatif aux aventures de Madame La Boulangère est ici. D’une manière générale, vous pouvez retrouver tous les articles relatifs à « Mon odyssée » dans la catégorie du même nom).

Cette parenthèse étant fermée, retournons à nos miches (de pain, hein !) Voilà plus de quatre mois que notre boulangère n’a pas été livrée en farine. Les clients continuent pourtant de se présenter à la porte de son petit commerce, mais la porte est close, puisque sans farine, Madame La Boulangère ne peut fabriquer son pain. Éconduire des clients, c’est vraiment frustrant, surtout quand on a travaillé comme elle l’a fait.

Lire la suite

J’écrirai la paix sur tes ailes, et tu t’envoleras vers le monde

Sadako Sasaki est une fillette japonaise. Elle a deux ans, lorsque le 6 août 1945, Little Boy (la bombe nucléaire) explose au-dessus de Hiroshima. Elle habite à deux kilomètres du lieu de l’explosion, et alors que la plupart de ses voisins sont tués, elle n’est pas même blessée. Tout du moins en apparence seulement, car elle a été grandement exposée au rayonnement radioactif. Elle grandit, devient une collégienne heureuse, pleine de joie de vivre, et très forte à la course à pied, si forte que ses camarades la choisissent pour les représenter lors des courses de relais.

Lire la suite

Mon roman débarque chez France Loisirs !

Personne n’a oublié intègre le catalogue de France Loisirs !

Intégrer ce club, c’est une très bonne nouvelle. Cela veut dire des milliers de lecteurs en plus ! Et surtout ça remonte un peu le moral parce que la boulangère est toujours sans farine (voir mon article). Oui je sais, c’est franchement lamentable ! Mon chemin est donc pavé de difficultés supplémentaires mais ça ne me décourage pas pour autant. L’atteinte de mon objectif n’en sera que plus délectable.